Le Success de la Trompe

…Ou bien, pourquoi  certains sonneurs de trompes atteignent aussitôt la catégorie qu’ils souhaitent là ou d’autres stagnent à leurs postes ?

rédaction Marion Rieke - Ecoutez le texte en MP3 parlé par Étienne Taufflieb

Ceux qui ont régulièrement participé à différents stages de trompes ont déjà observé souvent ce phénomène.
Tandis que certains sonneurs de trompes font aussitôt et sans peine des progrès, d’autres sonneurs restent au même niveau lors des stages sans réussir à passer à un niveau au dessus.

Mais alors, pourquoi donc ? Nous voulons aujourd’hui nous consacrer à cette question.

En l’occurrence, « l’analyse bio-structurale » peut être très aidante. Ici, les gens ont été répartis selon leurs différentes qualités et leur mode de vie.
Pour résumer, dans trois domaines sont répartis trois couleurs (quatre dans certains systèmes) : 

Vert pour le « Type » aide qui est socialement engagé et  qui est toujours prêt à aider.

Bleu, pour les personnes  qui sont  plutôt scientifiques et terre à terre.

Et rouge pour  les battants et les précurseurs qui ont toujours besoin de rechercher le nouveau et le meilleur ; un Type en somme gagnant qui ne  lâchent jamais les rennes et qui ne se laissent pas faire.

Le quatrième type dans d’autres conceptions de systèmes est le type jaune qui est un explorateur pour  lequel, le style de vie qu’il apprécie consiste à obtenir des nouvelles conquêtes.


Cette « Analyse bio-structurale » offre la possibilité de se décrypter soi-même.  C’est un outil de connaissance de soi-même étant aussi très aidant dans nos rapports avec notre entourage. 

Un résumé de ces différents types se trouve notamment sur ce site : www.41q.com


Faites donc ce test pour découvrir comment vous vous  situez et comment vous êtes conçus.
Vous rencontrerez certainement des personnes qui se positionnent sur une seule couleur.
Nous sommes en effet tous  « multicolore ». L’important est, quelle couleur domine. La combinaison des couleurs dans différents domaines peut également chez une seule et même personne varier. Ainsi, chacun peut dans le domaine privé se situer peut être davantage dans le type vert, qui est volontiers prêt à aider, là où il se situera plutôt  dans le domaine bleu, qui est plutôt scientifique, dans sa vie professionnelle. On peut aussi bien évidemment dans le courant de sa vie changer de couleur, du fait de sa propre expérience, à travers ce que l’on a appris ou des nouvelles prises de consciences par exemple.

Comment se traduit une telle analyse chez les sonneurs de trompe ?

Le type vert est donc prêt à aider : Il fait attention à que ses collègues reçoivent de l’aide et que tout soit mis en œuvre pour leur apporter l’aide dont ils ont besoin. Pour lui, le bien être de l’autre est important. On utilise comme qualificatifs  par exemple : aidant, se sentir bien et agréable. Les types verts sont donc majoritairement plein d’attention

Le type bleu lui, est le scientifique. Il s’intéresse plutôt aux faits. Ce qui se passe dans la technique du son, avec quels matériaux la trompe fonctionne de façon la plus efficace, quelles techniques autour de la trompe peuvent être optimisées ou quelles sont celles déjà effectives.
Il peut avec certitude concrétiser toutes les questions techniques autour de la trompe et les intégrer au mieux dans les activités corporelles. Chez lui on retrouve plutôt les qualificatifs comme par exemple : scientifique, expérimenté ou exactement programmé. 

Le type rouge, est le battant. Lui, s’intéresse pour tout ce qui est nouveau, l’innovation et le progrès. Il a besoin si possible du meilleur et se soucie également  qu’il reçoive aussi le meilleur, parce que le meilleur n’existe qu’une fois. Les meilleurs adjectifs ici sont : nouveau, innovant, meilleur, unique, etc...

Le type jaune est un explorateur. Il adore « aller au flair »  que la musique lui procure, et apprécie d’essayer des nouvelles choses, de découvrir et de développer toujours de nouvelles possibilités. Il réagit aussi à l’innovation, et au nouveau mais aussi à ce qui est captivant en adorant la montée d’adrénaline.

Comment tout cela peut donc m’aider, pour progresser avec la trompe ?

Tout d’abord, il y a un bilan de bon sens à réaliser :

- Quel niveau ai-je ?
- Depuis combien de temps je pratique la trompe ?
- À combien de stages ais je déjà participé et à quelle fréquence ?

Vient alors la question éminemment importante du but. Qu’aimerais-je atteindre avec ma trompe ? On suppose presque tous systématiquement que l’on aimerait si possible être dans la première catégorie. Mais ce n’est absolument pas le cas ! Certaines personnes vont à un stage pour le coté social (le type vert et jaune), d’autres veulent absolument s’exercer dans une technique spécifique (le bleu et le jaune), d’autres encore aimeraient absolument avoir des nouvelles informations autour de la trompe pour devenir meilleur (le type rouge). D’autres enfin veulent allier plaisir et carrière pour les manifester ensuite en voulant si possible s’en servir  mais seulement pour leur propre plaisir, en se fixant si possible des challenges. ( le type jaune)

La question, vers quel but on tend est cependant encore plus importante que la question, où se situe t-on? Je trouve que l’on ne devrait pas, lors d’un stage être exclusivement répartis selon son niveau, mais au contraire aussi selon ces buts.

J’avais lors d’un stage huit élèves dans mon groupe. Tous avaient un niveau semblable, MAIS dont la motivation, les attentes et les cibles de chacun étaient complètement différentes !! Exactement le genre de personnes qui venaient seulement à un stage pour rencontrer à nouveau des vielles connaissances de façon conviviale mais qui ne voulait en aucun cas faire des progrès ou travailler. 

Là où le moniteur part en règle générale du principe que tous aimeraient recevoir aide et soutien pour faire si possible des progrès.

On reconnait naturellement que chez les « types sociaux/conviviaux », il ressortirait plus clairement  la raison pour laquelle ceux-ci n’ont aucune ambitions.
Du reste, cela mène au fait que les « sociaux » sont énervés et surmenés et les « anxio-scientifiques » s’ennuient car les uns, se sentant lors des exercices trop sollicités et les autres trop peu, ils font ainsi donc peu de progrès. Demandez donc lors d’une séance d’enseignement, comment les participants l’ont apprécié et comment le moniteur l’a évalué. Bien souvent, entre alors en compte des témoignages et ressentis bien différents. On pourrait ainsi penser par moments que ces personnes se trouvaient à des cours différents.

À la seule question, à quels niveaux se situent t-ils ? Beaucoup de sonneurs n’y répondent eux même pas honnêtement.  Pour savoir, quel chemin en particulier, je dois encore parcourir ; il est supposé de savoir, où j’en suis. Souvent, ils croient pouvoir l’estimer eux même à eux seuls. Cela à pour conséquence que leur estimation est fausse !
Prenez un dictaphone ou un téléphone portable (lesquels ont de nos jours presque systématiquement une fonction enregistreur) pour vous enregistrer et écoutez vous-même ce que vous avez interprété puis comparez le ensuite avec un enregistrement sur un CD.

Après environ un an de pratique avec ma trompe, je rencontrai une jeune femme à un stage qui avait commencé à pratiquer avec moi en même temps, lors d’un premier stage. Elle était étonnée à quel point et niveau j’en étais arrivé et elle disait qu’elle aurait bien aimé elle aussi atteindre un tel niveau. Je lui demandais, à quelle fréquence elle s’exerçait. Elle pensait, deux fois par semaine à raison d’une demi-heure. Je lui répondais que je m’entrainais chaque jour une à deux heures. Lorsque je calcule ainsi seulement les heures  d’entrainements, elle aurait besoin encore de quelque année pour atteindre le niveau qu’est le mien. Elle admit cependant qu’elle ne voulait pas y investir plus de temps et s’exercer davantage. C’était pour moi un témoignage intéressant !!

Ainsi, il est important :

- Où en suis-je en ce moment ?

- Comment est mon niveau ?

- Où aimerais-je me situer ? Quel est ma propre cible ?

Et maintenant vient encore un facteur essentiel :

- Que suis-je prêt à faire pour arriver à mes fins ?

La réponse à cette dernière question dépend beaucoup de quel type et dans quel domaine l’on se situe : vert, bleu, rouge et jaune. Cela a donc du sens de se poser ces questions de temps en temps car chacun change en permanence et les cibles et besoins peuvent à travers cela changer également.
Si vous avez TOUS pu éclaircir ces questions, alors vous ne serez plus étonnés si d’autres vous surpassent lors d’un stage ou d’un concours !

Un peu d’audace et de franc-parler, de la part des moniteurs et des stagiaires simplifieraient clairement les relations entre chacun. Demandez à vos élèves quels est leur but. Et en tant que stagiaires, vous aurez le courage de dire que vous êtes heureux (ou pas) et ce que vous avez atteint dans ce cours et si, d’après vous, vous avez suffisamment appris lors de cette séance. Le reste du temps, le stagiaire pourra alors aussi simplement écouter et le « scientifique » mettre un moment de coté sa pratique à l’exercice de la trompe pour que les autres puissent apprendre. Peut être éveillerait t-on grâce à l’écoute, la motivation ?

Lorsqu’auparavant je suis allé à un stage comme stagiaire, je voulais alors apprendre toujours quelque chose en particulier. J’ai interprété tous ce que j’avais entendus et appris. J’ai même interprété, lorsque cela m’avait marqué, ce que les stagiaires de mon groupe avaient joué. Pendant que les autres faisaient une pause, j’ai utilisé et essayé durant ce temps de mette en pratique ce que je venais alors d’écouter.

Posez-vous vous-même la question ou demandez aux autres stagiaires avant un stage, ce qu’ils ont l’intention de faire dans les prochains jours. À chaque fois que j’ai posé cette question à quelqu’un, j’ai obtenu alors une réponse fuyante comme : 

« Je me laisse surprendre ».

Rassemblez pour votre stage suivant, vos réflexions et pensées et fixez vous un but en particulier à atteindre. Je suis certain(e) que votre entrain changera clairement après ce stage en comparaison avec le précédent !

Peut être serez vous plutôt du type « prèT à rendre service » et vous vous réjouirez si votre voisin peut s’améliorer grâce à votre type. Ou bien vous pourrez découvrir une technique qui vous manque en démontrant que quelqu'un sonne avec un embout qui ne vous convient pas.

Peut être aussi pourrez vous enthousiasmer quelqu’un de part votre motivation qui essayera des choses nouvelles et fera des progrès plus conséquents que ce qu’il aurait pu s’imaginer. Chacun est complètement unique. Découvrez-vous donc une autre facette !

Qu’en pensez-vous ? Aimeriez-vous vraiment être dans la première catégorie ??

Merci à Étienne Taufflieb pour la traduction.